Soutenance de thèse – Coline Loison

« Tuez le cancer! Avant qu’il ne vous tue… »
La politique de lutte contre le cancer dans l’Ouest de la France, (1920-1960).

Le mardi 9 octobre à 14h à Le Mans Université, MSH, salle Bleue.

Le jury sera composé de:

Isabelle von Bueltzingsloewen, Professeure, Université Lyon 2 (rapporteure)
Olivier Faure, Professeur émérite, Université Jean Moulin Lyon III  (rapporteur)
Kaat Wils, Professeure, Katholieke Universiteit, Leuven, Belgique
Nathalie Richard, Professeure, Le Mans Université (directrice de thèse)
Hervé Guillemain, Professeur, Le Mans Université (co-encadrant de thèse)

Résumé : Cette thèse analyse la mise en place de la politique de lutte contre le cancer dans l’Ouest de la France, entre 1920 et 1960, à travers ses enjeux scientifiques, politiques, sociaux et économiques. Il s’agit d’interroger, dans un premier temps, les conséquences de la mise en œuvre de cette politique au niveau national, notamment au travers des actions de la Ligue et de la politique de prévention menée par le gouvernement. Dans un second temps, un travail plus localisé sur les Centres de Lutte Contre le Cancer de l’Ouest (Nantes, Angers et Rennes), permet l’étude, cette fois-ci à l’échelle régionale, de l’application de la politique de lutte contre le cancer. La grande proximité géographique de ces trois centres fait de ce territoire un exemple particulièrement significatif, permettant de comparer leurs fonctionnements et d’étudier leurs interactions. La création et le fonctionnement de ces trois centres sont analysés en parallèle puis par analogie afin de comprendre dans quelle mesure la politique de lutte contre le cancer a été appliquée localement. Dans un dernier temps, il convient de s’intéresser aux individus touchés par cette politique via l’étude des dossiers de patients. Parmi les différentes archives utilisées, les dossiers de patients du centre de Nantes ont permis de faire conjointement une analyse quantitative et qualitative des patients. Le parcours de ces personnes et leurs témoignages apportent une dimension encore largement méconnue de la prise en charge des malades du cancer à cette époque.

« Quand les archivistes français parlent des chercheurs : une analyse textuelle »

Workshop "working with scientific archives"Deux doctorantes en archivistique de l’unité TEMOS, Margot Georges et Magalie Moysan, ont présenté un papier lors d’un workshop  qui s’est tenu à Washington les 13 et 14 août. Cet événement réunissait des archivistes, historiens et scientifiques du monde entier sur la thématique « working with scientific archives ».  Organisé par le Comité sur les archives des sciences et techniques contemporaines et le Conseil international des archives, il avait pour objectif de réunir les professionnels des archives et les chercheurs autour de la thématique des archives scientifiques, afin de faciliter les discussions théoriques et l’émergence de solutions pratiques. Dans une communication intitulée  » Quand les archivistes français parlent des chercheurs : une analyse textuelle », Margot Georges et Magalie Moysan se sont appuyées sur un corpus de rapports de stages, mémoires d’étudiants et articles publiés dans la littérature professionnelle pour réaliser une analyse lexicométrique du discours des archivistes sur les archives scientifiques.

Le dossier de l’enfant comme support de la construction identitaire de l’usager ?

Adélaïde Laloux, séminaire axe 1 Temos – 8 juin 2018

Dossier individuel contemporain produit par un centre départemental de l'enfance composé d'une partie dite "administration" (dossier bleu) et d'une partie dite "observations" (sous enveloppe).
Dossier individuel contemporain produit par un centre départemental de l’enfance composé d’une partie dite « administration » (dossier bleu) et d’une partie dite « observations » (sous enveloppe).

Doctorante en archivistique, mon sujet s’intitule «Le dossier personnel de l’enfant dans le secteur sanitaire et social: constitution, conservation, accès». J’ai choisi de travailler sur les dossiers de jeunes produits dans le cadre de la protection de l’enfance et mon analyse s’appuie sur une étude de la composition des dossiers et de l’évolution des typologies documentaires à travers des échantillons consultés dans plusieurs institutions et à partir d’entretiens avec des archivistes et des travailleurs sociaux. Cette démarche permet d’appréhender la manière dont ces dossiers se construisent, sont conservés et sont rendus accessibles aux intéressés, pendant toute la durée de leur cycle de vie, de 1950 à nos jours. À partir de ce travail et dans le cadre du séminaire de l’axe 1 du laboratoire TEMOS «Donner un nom/Se faire un nom.  Auto-construction et hétéro construction des identités individuelles et collectives», la question de la construction de l’identité de l’usager à travers le dossier a pu être posée : de quelle manière la structuration du dossier et l’organisation de sa consultation participent à l’élaboration d’une identité pour la personne concernée ? À quels niveaux le traitement archivistique actuel appauvrit-il ou enrichit-il cette problématique ? Continuer la lecture de « Le dossier de l’enfant comme support de la construction identitaire de l’usager ? »

Une mission à Moscou dans les archives du Bolchoï (Jéromine Brillouet)

Dans le cadre de mon doctorat, j’ai obtenu une subvention du GIS Institut du Genre afin de mener à bien une mission de recherche en Russie ayant pour sujet les mises en scène et représentations du corps dans la danse académique de Marius Petipa. Cette mobilité m’amènera à fréquenter les archives du Théâtre Bolchoï de Moscou mais aussi à participer à la conférence internationale organisée à l’occasion des 200 ans de la naissance de Marius Petipa (6-8 juin 2018 – Moscou). 

En France, le spectacle chorégraphique devient à partir des années 1840, le lieu de l’exhibition licite du corps, en particulier féminin. Les danseuses s’y taillent de francs succès, tandis que la danse au sens strict est devenue l’univers où les danseurs ne sont que tolérés. Le développement de la technique des pointes a aussi permis aux danseuses d’exceller dans un domaine spécifiquement féminin. Ainsi, les femmes continuent d’avoir accès à un large registre au sein des ballets. En revanche, les rôles masculins se raréfient et se révèlent bien moins riches que les rôles féminins. La nouvelle esthétique du ballet est alors perçue comme « féminine ». Comme c’est le Tout-Paris intellectuel qui fréquente avec assiduité l’Opéra, c’est lui qui fait les réputations à l’image de Théophile Gautier ou Jules Janin. Les écrits des membres de ce cercle reflètent l’évolution des mentalités mais contribuent également à les forger. Ainsi vont-ils défendre la féminisation du ballet et proclamer l’incompatibilité du spectacle chorégraphique avec la masculinité.

Continuer la lecture de « Une mission à Moscou dans les archives du Bolchoï (Jéromine Brillouet) »

Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle) – Élodie Chaudet

De nombreuses études tendent à démontrer que la pratique du pouvoir par les femmes n’est pas exceptionnelle. Les femmes sont amenées non seulement à côtoyer des personnages d’autorité mais également à exercer elles-mêmes diverses formes de pouvoir, qu’elles soient formelle et officielle, ou bien officieuse et dissimulée. Il s’agit dès lors de s’interroger sur les moyens d’accès de ces femmes au pouvoir mais également sur les pratiques qu’elles en ont.

La Bretagne des derniers siècles du Moyen Âge est un terrain d’observation qui n’a pas encore été traité dans le cadre de ce type d’étude. Il existe pourtant de nombreuses sources exploitables, à commencer par les nombreux actes présents dans le Trésor des Chartes des Ducs de Bretagne, conservé aux Archives Départementales de Loire-Atlantique. Les chroniques et les histoires de la Bretagne, qui se sont multipliées pour la période, permettent également de comprendre comment les femmes parvenaient au pouvoir et ce qu’elles en faisaient.

Situé dans le prolongement d’un mémoire de Master 2, ‘Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle)’ est un sujet construit à partir des conclusions qui en ont été tirées. La parenté était apparue comment un élément clé de l’accès des femmes au pouvoir : par la naissance, par le mariage, par la consanguinité, elles sont positionnées dans des situations d’autorité exercée sur des groupes d’individus plus ou moins restreints. Les femmes peuvent ainsi gouverner directement les masses, ou bien exercer une influence sur le détenteur officiel et public du gouvernement.

Continuer la lecture de « Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle) – Élodie Chaudet »