TEMOS présent au 8e symposium d’archivistique de Montréal

Patrice Marcilloux a participé le vendredi 30 novembre 2018 au 8e symposium du GIRA, groupe de recherche interdisciplinaire en archivistique, qui se tenait à l’université de Montréal sur le thème « État, conditions et diffusion de la recherche en archivistique » (http://gira-archives.org/activites/8e-symposium-2018/).

Fondé en 1987 par Carol Couture, Jacques Ducharme et Jean-Yves Rousseau, le GIRA a pour but de développer la recherche fondamentale en archivistique ; un symposium est organisé tous les quatre ans (http://gira-archives.org/). Patrice Marcilloux y a prononcé, au nom de tous les chercheurs angevins en archivistique(enseignants-chercheurs, mastérants, doctorants, docteurs) une communication enforme de premier bilan, préparée avec Bénédicte Grailles et intitulée : Pour une archivistique sociale : esquisse d’un bilan de dix ans de recherche en archivistique à l’université d’Angers. Il s’agissait à la fois de faire connaître les efforts entrepris à Angers pour installer et structurer la recherche en archivistique dans le champ universitaire (mémoires de recherche de master, séminaire ALMA, collection Archives, histoire et société, journée d’étude annuelle, doctorat en archivistique, contrat doctoral et postdoctorat dans le cadre du programme EnJeu[x]), de présenter un bilan des recherches conduites selon trois grands axes (histoire des systèmes archivistiques, histoire et analyse des pratiques professionnelles, logiques d’usages des archives) et de formuler une proposition d’orientation des recherches futures vers ce que l’on pourrait une archivistique sociale. L’ensemble a rencontré un vif intérêt de la part des chercheurs et étudiants en archivistique présents à cette journée qui a par ailleurs confirmé le degré de maturité de l’archivistique québécoise. Des collaborations entre chercheurs angevins et québécois devraient pouvoir en découler.

« Quand les archivistes français parlent des chercheurs : une analyse textuelle »

Workshop "working with scientific archives"Deux doctorantes en archivistique de l’unité TEMOS, Margot Georges et Magalie Moysan, ont présenté un papier lors d’un workshop  qui s’est tenu à Washington les 13 et 14 août. Cet événement réunissait des archivistes, historiens et scientifiques du monde entier sur la thématique « working with scientific archives ».  Organisé par le Comité sur les archives des sciences et techniques contemporaines et le Conseil international des archives, il avait pour objectif de réunir les professionnels des archives et les chercheurs autour de la thématique des archives scientifiques, afin de faciliter les discussions théoriques et l’émergence de solutions pratiques. Dans une communication intitulée  » Quand les archivistes français parlent des chercheurs : une analyse textuelle », Margot Georges et Magalie Moysan se sont appuyées sur un corpus de rapports de stages, mémoires d’étudiants et articles publiés dans la littérature professionnelle pour réaliser une analyse lexicométrique du discours des archivistes sur les archives scientifiques.

Le dossier de l’enfant comme support de la construction identitaire de l’usager ?

Adélaïde Laloux, séminaire axe 1 Temos – 8 juin 2018

Dossier individuel contemporain produit par un centre départemental de l'enfance composé d'une partie dite "administration" (dossier bleu) et d'une partie dite "observations" (sous enveloppe).
Dossier individuel contemporain produit par un centre départemental de l’enfance composé d’une partie dite « administration » (dossier bleu) et d’une partie dite « observations » (sous enveloppe).

Doctorante en archivistique, mon sujet s’intitule «Le dossier personnel de l’enfant dans le secteur sanitaire et social: constitution, conservation, accès». J’ai choisi de travailler sur les dossiers de jeunes produits dans le cadre de la protection de l’enfance et mon analyse s’appuie sur une étude de la composition des dossiers et de l’évolution des typologies documentaires à travers des échantillons consultés dans plusieurs institutions et à partir d’entretiens avec des archivistes et des travailleurs sociaux. Cette démarche permet d’appréhender la manière dont ces dossiers se construisent, sont conservés et sont rendus accessibles aux intéressés, pendant toute la durée de leur cycle de vie, de 1950 à nos jours. À partir de ce travail et dans le cadre du séminaire de l’axe 1 du laboratoire TEMOS «Donner un nom/Se faire un nom.  Auto-construction et hétéro construction des identités individuelles et collectives», la question de la construction de l’identité de l’usager à travers le dossier a pu être posée : de quelle manière la structuration du dossier et l’organisation de sa consultation participent à l’élaboration d’une identité pour la personne concernée ? À quels niveaux le traitement archivistique actuel appauvrit-il ou enrichit-il cette problématique ? Continuer la lecture de « Le dossier de l’enfant comme support de la construction identitaire de l’usager ? »