La dotation Carnegie pour la paix internationale: influence et limites d’une ONG au début du XXe siècle

CICHON Matthieu – GUERIN Mathilde
M1 Pratiques de la Recherche Historique

Tison et Akhund En guerre pour la paix

Le mercredi 12 décembre 2018, Stéphane Tison, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université du Mans et membre de TEMOS (Temps, Mondes, Sociétés), a présenté ses recherches sur Paul d’Estournelles de Constant, dans le cadre du séminaire du master «Pratiques de la recherche historique». La séance a porté sur «la dotation Carnegie pour la paix internationale : influence et limites d’une ONG au début du XXe siècle».

L’objectif de Stéphane Tison était de présenter une thématique encore récente dans l’historiographie française et peu travaillée par les historiens des guerres mondiales : le concept de paix et le champ des peace studies. En effet, a été essentiellement mise en avant la «brutalisation des sociétés» de George Mosse et une vision catastrophiste des guerres mondiales. L’intervenant a effectué un travail dans les archives départementales de la Sarthe et à New-York pour se centrer sur deux détenteurs du prix Nobel de la paix : Paul d’Estournelles de Constant, diplomate et sénateur sarthois, et son correspondant étasunien Nicholas Murray Butler, gestionnaire de la dotation Carnegie. L’ouvrage qu’il a réalisé avec Nadine Akhund En guerre pour la paix : correspondance Paul d’Estournelles de Constant et Nicholas Murray Butler1914-1919 (éditions Alma, 2018) met en avant la théorisation du droit international et les stratégies d’usages, par les protagonistes, du mot «paix», pourtant interdit dans le contexte de la Première Guerre mondiale.

Continuer la lecture de « La dotation Carnegie pour la paix internationale: influence et limites d’une ONG au début du XXe siècle »

Partenariat INA – TEMOS

Premier rendez-vous INA à l’Université d’Angers. La thématique choisie est celle de l’enfance et cette première rencontre portera sur les enfants déracinés.

L’INA et TEMOS s’engagent dans un partenariat pour la mise en valeur des archives audiovisuelles et un accès privilégié à celles-ci pour les membres de l’unité.
Plusieurs fois par an, seront organisés des « Rendez-vous INA-Histoire-TEMOS » qui prendront la forme de conférences s’appuyant sur les richesses de l’INA. Les thématiques abordées seront en lien avec les axes du développement de la politique scientifique de l’unité.
Le 21 novembre prochain, à l’occasion de l’anniversaire de la Convention Internationale des droits de l’enfant (novembre 1989) aura lieu le premier Rendez-vous à l’Université d’Angers. Dans le cadre du programme EnJeu[x] http://enfance-jeunesse.fr/ Yves Denéchère présentera des images relatives aux « Enfances déracinées de la décolonisation française ». Il sera question des milliers d’enfants métis eurasiens envoyés en métropole à la fin de la guerre d’Indochine, des enfants déplacés au cours de la guerre d’Algérie, des enfants réunionnais envoyés en Limousin jusque dans les années 1980.
Le prochain Rendez-vous aura lieu en mars 2019 dans le cadre du « Mois du genre » de l’Université d’Angers.

Partenariat INA TEMOS

La réception de La vie de Jésus d’Ernest Renan: un scandale européen ? (Nathalie Richard)

L’idée de ce colloque international qui s’est tenu au Mans en octobre 2018 est venue d’une réflexion sur le succès de la Vie de Jésus de Renan (1863) et d’une interrogation sur la possibilité de trouver, au début du 21esiècle, des phénomènes homologues. Dans les travaux que nous avons consacrés au livre d’Ernest Renan, Robert Priest, qui a participé à ce colloque et moi-même, nous sommes interrogés sur les raisons de son succès (R. Priest, The Gospel According to Renan: Reading,Writing, and Religion in Nineteenth-Century France, Oxford UP, 2015 ; N. Richard, La Vie de Jésus de Renan. La fabrique d’un best-seller, Rennes, PUR, 2015). Nous avons, chacun à notre manière, rapporté ce succès au contenu même du livre, qui combinait une approche savante, rationaliste, du fait religieux, et un message proprement spirituel. La Vie de Jésus avait donc l’avantage d’être à la fois un livre de science, s’inscrivant dans les courants de la philologie et de la mythologie comparée, et d’être un livre de foi, promouvant une nouvelle forme de religion, fondée sur la relation directe du fidèle à son dieu, sans la médiation des églises et des clercs, et basée sur l’amour plus que sur la crainte du châtiment.

Mais le succès de la Vie de Jésus était aussi lié au contexte social, économique et culturel de sa parution et à l’histoire du livre et de la lecture. L’ouvrage paraît en France lorsque les maisons d’éditions se transforment en entreprises capitalistiques modernes et cherchent à gagner de nouveaux marchés, par exemple en baissant le prix des volumes – ce dont atteste la publication d’une version populaire de la Vie de Jésus, intitulée Jésus,en 1864 –,  mais aussi en luttant contre les contrefaçons ou en signant des accords internationaux. L’ouvrage de Renan bénéficie aussi du développement contemporain de la presse et de la publicité pour le livre qui s’y développe, sous diverses formes, dont celle de la critique littéraire. Ce contexte permet de décrire la parution de la Vie de Jésus comme un « événement littéraire », en un siècle qui inventa l’expression [voir les contributions réunies par Corinne Saminadayar-Perrin dans Qu’est-ce qu’un événement littéraire au XIXe siècle ? Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008].

Dans le contexte français, la Vie de Jésus fit scandale autant qu’événement. La troisième raison de son succès tient ainsi au contexte religieux de sa parution et au poids de l’Église catholique dans la France des années 1860. Remettant en question un point central du dogme (celui du péché originel en lien avec la rédemption), le livre est perçu comme une attaque anti-chrétienne par une Église catholique affaiblie politiquement depuis que ses relations avec le pouvoir impérial de Napoléon III se sont distendues, et fragilisée culturellement par les « erreurs modernes » dont le Syllabus pontifical dresse le catalogue en 1864. Or l’Église possède, dans la France des années 1860, une puissance d’action culturelle très forte. Elle a développé, comme cela a été mieux étudié pour les églises anglicanes et méthodistes en Angleterre, une capacité de production d’imprimés très importante et est entrée en lutte, par le truchement de la presse, du livre et de la parole publique des clercs, contre les « mauvais livres ». En 1863, la Vie de Jésus devient la cible principale de cette lutte. Or les condamnations multipliées, imprimées et orales, et les interdictions de lecture ont eu l’effet paradoxal de faire connaître et de faire lire l’ouvrage comme en attestent, parmi d’autres, les lettres que ses lecteurs ont adressées à Renan.

Ainsi ce qui a transformé la Vie de Jésus en événement et en scandale est-il lié à un contexte proprement français. Il existe pourtant de nombreux indices de sa circulation et de son succès hors des frontières et l’on pourrait, en recensant les traductions autorisées ou non, les éditions légales ou de contrefaçon, dresser des cartes sur le modèle de celles qu’a proposées Franco Moretti dans son Atlas du roman européen (Paris, Seuil, 2000). Mais que nous diraient ces cartes sur un espace commun de réception et/ou de discussion ? Cette question a été au cœur des sessions consacrées à Renan dans ce colloque.

Soutenance de thèse – Coline Loison

« Tuez le cancer! Avant qu’il ne vous tue… »
La politique de lutte contre le cancer dans l’Ouest de la France, (1920-1960).

Le mardi 9 octobre à 14h à Le Mans Université, MSH, salle Bleue.

Le jury sera composé de:

Isabelle von Bueltzingsloewen, Professeure, Université Lyon 2 (rapporteure)
Olivier Faure, Professeur émérite, Université Jean Moulin Lyon III  (rapporteur)
Kaat Wils, Professeure, Katholieke Universiteit, Leuven, Belgique
Nathalie Richard, Professeure, Le Mans Université (directrice de thèse)
Hervé Guillemain, Professeur, Le Mans Université (co-encadrant de thèse)

Résumé : Cette thèse analyse la mise en place de la politique de lutte contre le cancer dans l’Ouest de la France, entre 1920 et 1960, à travers ses enjeux scientifiques, politiques, sociaux et économiques. Il s’agit d’interroger, dans un premier temps, les conséquences de la mise en œuvre de cette politique au niveau national, notamment au travers des actions de la Ligue et de la politique de prévention menée par le gouvernement. Dans un second temps, un travail plus localisé sur les Centres de Lutte Contre le Cancer de l’Ouest (Nantes, Angers et Rennes), permet l’étude, cette fois-ci à l’échelle régionale, de l’application de la politique de lutte contre le cancer. La grande proximité géographique de ces trois centres fait de ce territoire un exemple particulièrement significatif, permettant de comparer leurs fonctionnements et d’étudier leurs interactions. La création et le fonctionnement de ces trois centres sont analysés en parallèle puis par analogie afin de comprendre dans quelle mesure la politique de lutte contre le cancer a été appliquée localement. Dans un dernier temps, il convient de s’intéresser aux individus touchés par cette politique via l’étude des dossiers de patients. Parmi les différentes archives utilisées, les dossiers de patients du centre de Nantes ont permis de faire conjointement une analyse quantitative et qualitative des patients. Le parcours de ces personnes et leurs témoignages apportent une dimension encore largement méconnue de la prise en charge des malades du cancer à cette époque.

Aldo Trucchio, postdoctorant accueilli à TEMOS, présente son projet de recherche

Illustration : Paul Jamin, Un drame à l’âge de pierre (détail), 1886, huile sur toile, Paris, collection particulière.

 

Dans le cadre de cette recherche postdoctorale financée par le Fonds national pour la recherche scientifique suisse, j’ai l’opportunité de rejoindre l’équipe de TEMOS ainsi que celle du Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie de l’Université du Québec à Montréal.

Je me propose de mener une analyse inédite sur les liens entre la littérature de voyage en Nouvelle France (XVIIIe-XIXe siècles), dont les paléo- et ethno- anthropologues du XIXe siècle sont héritiers, et les textes scientifiques et de vulgarisation qui participent de l’« invention de la préhistoire » en France (deuxième moitié du XIXe siècle).

Ce projet a pour but de renouveler la compréhension d’un tournant capital dans l’histoire des sciences, à savoir la fabrique de l’image scientifique de l’humanité « primitive ». À travers l’étude des éléments textuels et documentaires produits par les « préhistoriens » français, cette enquête vise à examiner les modalités, les sources et les contextes des pratiques de comparaison, de la part des premiers spécialistes de la préhistoire en France, entre l’« homme fossile » et les Amérindiens décrits dans la littérature de voyage.

Entre littérature, histoire et philosophie des sciences, je me propose de questionner les sciences de l’homme au moment de leur constitution afin d’éclairer le réseau de savoirs et pouvoirs dans lesquels les nationalismes, le racisme biologique et le colonialisme se montrent comme constitutifs du discours scientifique sur l’Homme.

Aldo Trucchio

Autour de la publication de la BD « Morts par la France. Thiaroye 1944 »

« Morts par la France. Thiaroye 1944 » de Pat Perna et Nicola Otero retrace le parcours et les recherches d’Armelle Mabon pour faire la lumière sur ce qui s’est passé le 1er décembre 1944, dans un camp militaire à Thiaroye au Sénégal.

A cette occasion  Armelle Mabon a notamment été invitée de la Fabrique de l’Histoire sur France Culture pour une émission sur les grandes « affaires » ou livres qui ont fait scandale en histoire.

Retrouvez en cliquant sur l’image ci-dessous une interview vidéo d’Armelle Mabon:

Le cardinal Grente. Géographie d’un pouvoir (1918-1959) (Stéphane Tison)

Le parcours de Mgr Grente – évêque du Mans en 1918, académicien en 1937, cardinal en 1953 – dessine par lui-même une géographie du pouvoir.

Après une première journée d’études organisée le 3 février 2017 par Dominique Avon (EPHE) et consacrée au Cardinal Grente, homme de Lettres et académicien, une deuxième journée d’études s’est tenue à l’université du Mans le 12 avril 2018. Ces deux journées s’inscrivent dans le projet de valorisation des archives de Mgr Grente dont le classement raisonné a été réalisé par Brigitte Waché, professeur émérite à l’université du Mans.

Cette 2e journée proposée par Frédéric Le Moigne (Université de Bretagne occidentale) et Stéphane Tison (Le Mans Université) visait à mesurer l’influence nationale et internationale de Georges Grente. Sa position dans l’Église de France, dans la chrétienté de même que son action missionnaire, croisant parfois des enjeux politiques ou géopolitiques, permet de tracer les contours de la géographie du pouvoir de Mgr Grente.

Continuer la lecture de « Le cardinal Grente. Géographie d’un pouvoir (1918-1959) (Stéphane Tison) »

Une mission à Moscou dans les archives du Bolchoï (Jéromine Brillouet)

Dans le cadre de mon doctorat, j’ai obtenu une subvention du GIS Institut du Genre afin de mener à bien une mission de recherche en Russie ayant pour sujet les mises en scène et représentations du corps dans la danse académique de Marius Petipa. Cette mobilité m’amènera à fréquenter les archives du Théâtre Bolchoï de Moscou mais aussi à participer à la conférence internationale organisée à l’occasion des 200 ans de la naissance de Marius Petipa (6-8 juin 2018 – Moscou). 

En France, le spectacle chorégraphique devient à partir des années 1840, le lieu de l’exhibition licite du corps, en particulier féminin. Les danseuses s’y taillent de francs succès, tandis que la danse au sens strict est devenue l’univers où les danseurs ne sont que tolérés. Le développement de la technique des pointes a aussi permis aux danseuses d’exceller dans un domaine spécifiquement féminin. Ainsi, les femmes continuent d’avoir accès à un large registre au sein des ballets. En revanche, les rôles masculins se raréfient et se révèlent bien moins riches que les rôles féminins. La nouvelle esthétique du ballet est alors perçue comme « féminine ». Comme c’est le Tout-Paris intellectuel qui fréquente avec assiduité l’Opéra, c’est lui qui fait les réputations à l’image de Théophile Gautier ou Jules Janin. Les écrits des membres de ce cercle reflètent l’évolution des mentalités mais contribuent également à les forger. Ainsi vont-ils défendre la féminisation du ballet et proclamer l’incompatibilité du spectacle chorégraphique avec la masculinité.

Continuer la lecture de « Une mission à Moscou dans les archives du Bolchoï (Jéromine Brillouet) »

Hervé Guillemain « L’effet de la psychanalyse sur le travail de l’historien »

Hervé Guillemain participe à la chaîne YouTube d’Elisabeth Marion, qui se donne pour objectif d’interviewer  « des personnes de professions différentes [qui] ont accepté de parler de l’effet de leur psychanalyse sur leur vie professionnelle, d’expliquer ce qui a changé pour elles… ».

Dans cet entretien, Hervé Guillemain revient sur l’effet de la psychanalyse sur le travail de l’historien. Extraits:

« La parole délirante est une parole qui sort du chemin de l’histoire ».

« Ces dossiers de patients sont un reste de l’histoire… et ce reste, moi j’estime qu’il peut permettre de faire une histoire sociale de la folie, de la psychiatrie, des psychothérapies… »