L’Académie protestante de Saumur dévoile ses secrets à la Médiathèque Louis-Aragon du Mans

Le jeudi 25 octobre, Thomas Guillemin, docteur en histoire moderne de l’université d’Angers et chercheurs associé de TEMOS, était à la médiathèque Louis-Aragon du Mans pour un cours un peu spécial. Il y faisait découvrir à deux groupes d’étudiants en histoire de l’université du Mans, en Licence 3 et Master, l’exposition qu’il a conçue en partenariat avec le service patrimoine de la Médiathèque du Mans. Intitulée Ex Bibliotheca. Les livres retrouvés de l’Académie protestante de Saumur, et visible jusqu’au 19 janvier, elle offre une plongée dans la vie de l’Académie de Saumur, l’un des hauts lieux du calvinisme européen au XVIIe siècle au plan du dynamisme intellectuel et de la réflexion théologique.

Entouré d’une partie de ses sources – de nombreux imprimés des XVIe et XVIIe siècles, T. Guillemin a présenté aux étudiants sa démarche de chercheur, ses hésitations, ses impasses, ses bonheurs également. Tout commence en 2008, avec la découverte fortuite dans le fonds patrimonial de la Médiathèque Louis-Aragon, d’un ouvrage portant l’ex libris manuscrit de Louis Cappel, hébraïsant de renom et professeur à l’Académie de Saumur. Il n’en faut pas plus pour lui donner l’idée d’en chercher d’autres, d’abord en procédant par sondages, puis de façon plus systématique. Avec le concours exceptionnel de Sophie Renaudin, conservatrice du fonds patrimonial, Thomas Guillemin peut accéder aux magasins et multiplier les identifications. C’est le point de départ d’une enquête qui amène l’historien à Poitiers, Tours, Orléans, Saumur, Angers ou encore Nantes, à la recherche de ces bibliothèques dispersées, et au cours de laquelle ce sont plusieurs dizaines de milliers de volumes qui sont examinés… Thomas Guillemin y cherche des ex libris, ex dono, envois autographes, annotations marginales qui lui permettent de reconstituer l’itinéraire de ces ouvrages et leurs usages. Mais ces découvertes en amènent d’autres : une longue note manuscrite à la fin d’une bible renseigne ainsi sur la manière – jusque-là mal connue – de célébrer le culte domestique chez les familles calvinistes qui ne pouvaient pas, pour des raisons diverses, aller au temple ; des reliures aux décors similaires pointent vers des « livres de prix » offerts par l’Académie aux étudiants méritants ; deux envois autographes du théologien hollandais Drusius à Philippe Duplessis-Mornay, fondateur de l’Académie, témoigne autant du rayonnement international de l’Académie que des ambitions de carrière qu’il pouvait susciter. Thomas Guillemin reconstitue également le processus par lequel cette bibliothèque, probablement l’un des joyaux de la culture réformée dans la France du XVIIe siècle, finit sur les rayonnages de couvents catholiques (les ouvrages saumurois identifiés à la Médiathèque du Mans proviennent en effet de l’abbaye Saint-Vincent). À l’approche de l’Édit de Fontainebleau, la situation des réformés se dégrade. L’Académie de Saumur est fermée en janvier 1685 ; la bibliothèque est prisée par un libraire saumurois, François de Gouy, avant qu’elle ne soit cédée à l’Hôtel-Dieu de la ville. Mais en juin, ce même libraire rachète, à vil prix – celui qu’il avait décidé ! – le stock de livres et s’installe pour le débiter dans les locaux mêmes de l’institution. Les catholiques qui rachètent ces livres les considéraient-ils comme des prises de guerre ? Certains de ces ouvrages ont appartenu à Philippe Duplessis-Mornay ou portent des annotations des pasteurs et controversistes calvinistes les plus en vue… Plusieurs acheteurs effacent sans ménagement les traces des anciens possesseurs, raturant les ex libris ou les recouvrant. Des découvertes réalisées par T. Guillemin, celles concernant le travail et les livres de Louis Cappel sont sans doute les plus fascinantes. Deux volumes présentés dans l’exposition, étudiés en collaboration avec Kevin Trehuedic (UPEC), permettent de voir le théologien à l’œuvre : d’une part, un volume comportant deux midrashs (commentaires de la Torah) conservé à Saumur ; d’autre part un dictionnaire d’hébreu issu du fonds manceau, recensant les mots empruntés à l’araméen, au grec, au latin ou à l’arabe et massivement annoté de la main de Cappel : il relève plusieurs mots d’origine grecque ou latine dans les midrashs et les reporte aux entrées correspondantes de son dictionnaire. Le théologien, en disciple des méthodes philologiques des humanistes, a considéré la langue du texte biblique comme porteuse d’une histoire et partant, le texte biblique lui-même… Ce sont donc les méthodes de la critique textuelle protestante qu’éclairent ces deux découvertes. La visite menée par Thomas Guillemin s’est achevée sur le constat d’une recherche jamais close, puisque des ouvrages des bibliothèques saumuroises se trouvent encore certainement entre des mains privées. La veille de la visite, T. Guillemin apprenait qu’un ouvrage de la bibliothèque de Louis Cappel avait été acheté, il y a quelques années, lors d’une vente aux enchères outre-Manche…

En prolongement de cette visite, Sophie Renaudin, conservatrice du fonds patrimonial, a présenté aux étudiants quelques fleurons des fonds manuscrits et imprimés, prétextes à une évocation des buts et des méthodes de la bibliographie matérielle, une approche au cœur de la démarche scientifique de T. Guillemin.

Des visites guidées sont proposées pendant toute la durée de l’exposition:

Samedi 27 octobre 2018 : 14h30
Samedi 17 novembre 2018 : 15h30
Samedi 1er décembre 2018 : 15h30
Samedi 12 janvier 2018 : 14h30

La réception de La vie de Jésus d’Ernest Renan: un scandale européen ? (Nathalie Richard)

L’idée de ce colloque international qui s’est tenu au Mans en octobre 2018 est venue d’une réflexion sur le succès de la Vie de Jésus de Renan (1863) et d’une interrogation sur la possibilité de trouver, au début du 21esiècle, des phénomènes homologues. Dans les travaux que nous avons consacrés au livre d’Ernest Renan, Robert Priest, qui a participé à ce colloque et moi-même, nous sommes interrogés sur les raisons de son succès (R. Priest, The Gospel According to Renan: Reading,Writing, and Religion in Nineteenth-Century France, Oxford UP, 2015 ; N. Richard, La Vie de Jésus de Renan. La fabrique d’un best-seller, Rennes, PUR, 2015). Nous avons, chacun à notre manière, rapporté ce succès au contenu même du livre, qui combinait une approche savante, rationaliste, du fait religieux, et un message proprement spirituel. La Vie de Jésus avait donc l’avantage d’être à la fois un livre de science, s’inscrivant dans les courants de la philologie et de la mythologie comparée, et d’être un livre de foi, promouvant une nouvelle forme de religion, fondée sur la relation directe du fidèle à son dieu, sans la médiation des églises et des clercs, et basée sur l’amour plus que sur la crainte du châtiment.

Mais le succès de la Vie de Jésus était aussi lié au contexte social, économique et culturel de sa parution et à l’histoire du livre et de la lecture. L’ouvrage paraît en France lorsque les maisons d’éditions se transforment en entreprises capitalistiques modernes et cherchent à gagner de nouveaux marchés, par exemple en baissant le prix des volumes – ce dont atteste la publication d’une version populaire de la Vie de Jésus, intitulée Jésus,en 1864 –,  mais aussi en luttant contre les contrefaçons ou en signant des accords internationaux. L’ouvrage de Renan bénéficie aussi du développement contemporain de la presse et de la publicité pour le livre qui s’y développe, sous diverses formes, dont celle de la critique littéraire. Ce contexte permet de décrire la parution de la Vie de Jésus comme un « événement littéraire », en un siècle qui inventa l’expression [voir les contributions réunies par Corinne Saminadayar-Perrin dans Qu’est-ce qu’un événement littéraire au XIXe siècle ? Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008].

Dans le contexte français, la Vie de Jésus fit scandale autant qu’événement. La troisième raison de son succès tient ainsi au contexte religieux de sa parution et au poids de l’Église catholique dans la France des années 1860. Remettant en question un point central du dogme (celui du péché originel en lien avec la rédemption), le livre est perçu comme une attaque anti-chrétienne par une Église catholique affaiblie politiquement depuis que ses relations avec le pouvoir impérial de Napoléon III se sont distendues, et fragilisée culturellement par les « erreurs modernes » dont le Syllabus pontifical dresse le catalogue en 1864. Or l’Église possède, dans la France des années 1860, une puissance d’action culturelle très forte. Elle a développé, comme cela a été mieux étudié pour les églises anglicanes et méthodistes en Angleterre, une capacité de production d’imprimés très importante et est entrée en lutte, par le truchement de la presse, du livre et de la parole publique des clercs, contre les « mauvais livres ». En 1863, la Vie de Jésus devient la cible principale de cette lutte. Or les condamnations multipliées, imprimées et orales, et les interdictions de lecture ont eu l’effet paradoxal de faire connaître et de faire lire l’ouvrage comme en attestent, parmi d’autres, les lettres que ses lecteurs ont adressées à Renan.

Ainsi ce qui a transformé la Vie de Jésus en événement et en scandale est-il lié à un contexte proprement français. Il existe pourtant de nombreux indices de sa circulation et de son succès hors des frontières et l’on pourrait, en recensant les traductions autorisées ou non, les éditions légales ou de contrefaçon, dresser des cartes sur le modèle de celles qu’a proposées Franco Moretti dans son Atlas du roman européen (Paris, Seuil, 2000). Mais que nous diraient ces cartes sur un espace commun de réception et/ou de discussion ? Cette question a été au cœur des sessions consacrées à Renan dans ce colloque.