Séminaire EHESS Histoire et Anthropologie de la Famille et de la Parenté

I : Mondes anciens et médiévaux

Organisé par Laurent Barry (ehess, las), Claire Chatelain (cnrs, crm), Isabelle Daillant (cnrs, erea-lesc), Michaël Gasperoni (cnrs, crm) et Jasmin Hauck (KU Eichstätt-Ingolstadt/Università Roma Tre)

1er et 3e jeudis du mois de 13 h à 15 h (salle 6, 105 bd Raspail, Paris),
du 15 novembre 2018 au 6 juin 2019

Le 20 décembre 2018, c’est Carole Avignon (Université d’Angers) qui y interviendra, sur le thème:

Ce que la bâtardise médiévale fait à l’opération généalogique occidentale. Filiations « à défaut » et rapports de parenté dans le Moyen Âge latin (xie-xve s.)

Résumé : Le contexte médiéval de l’étude invite à prendre en considération les spécificités des représentations chrétiennes de la parenté que la lecture d’Anita Guerreau-Jalabert, Enric Porqueres I Gené ou Laurent Barry permet de questionner comme objet anthropologique et historique tout ensemble. Empruntée quant-à-elle au titre d’une publication dirigée par Olivier Rouchon, l’expression « opération généalogique » permet ici de signifier les manières de concevoir et d’exprimer (en discours, en actes ou en symboles) l’articulation des positions généalogiques qui enjoint à chacun une position relationnelle de soi aux autres. Seront questionnées les incidences de la bâtardise, entendue comme qualification générique d’une filiation déficiente, marquée, en droit canon, par l’irrégularité du defectum de naissance, sur la manière de concevoir le fait généalogique. Le régime occidental de la parenté est-il renforcé ou au contraire perturbé par la prise en compte de ces filiations particulières ? La séance de séminaire sera l’occasion d’affiner les termes d’un questionnement en cours.

Bilan du Workshop international « Réseaux cisterciens au Moyen Âge II », Le Mans, du 6 au 8 juin 2018 (Ghislain Baury)

Cet événement constituait la troisième rencontre organisée dans le cadre du programme de recherche international « Réseaux cisterciens au Moyen Âge » lancé au cours de l’automne 2016, et dont la maîtrise d’œuvre est assurée par des membres de TEMOS avec le soutien du laboratoire et de l’Université du Mans et avec la collaboration de l’Université Paris Nanterre. Son objectif consiste à explorer les potentialités des méthodes des études de réseau appliquées au champ des études médiévales sur l’Ordre cistercien. La démarche se veut autant théorique que pratique, et passe par l’élaboration combinée ou séparée de réflexions épistémologiques, de cahiers des charges méthodologiques et d’études de cas.

Placée sous le sceau de l’interdisciplinarité, l’équipe initiale, composée de spécialistes d’histoire médiévale, mais aussi de sociologie, de géographie, d’informatique, d’histoire de l’art et de paléographie-diplomatique-codicologie, venus de France, d’Espagne et d’Angleterre, et travaillant sur l’ensemble de l’Occident médiéval, s’est élargie à quatre nouveaux membres à l’occasion de cette troisième rencontre. Les deux premières avaient eu lieu au Mans Université : une réunion plénière lors du workshop international d’avril 2017 et une réunion partielle en octobre 2017.

Cette troisième rencontre, qui bénéficiait en outre du soutien du CPER DI2L2S ainsi que de l’Institut du  Pluralisme Religieux et de l’Athéisme (IPRA, http://ipra.eu/), a donné aux participants de la première heure la possibilité de partager l’avancée de leurs travaux et aux nouveaux de présenter leur projet à l’ensemble du groupe. Le format des tables rondes et les importantes plages d’échanges ménagées dans le programme ont permis de très constructives confrontations de points de vue en fonction des différentes spécialités des participants lors de la journée du jeudi 7 juin. Les différentes interventions ont fait l’objet de captations vidéo qui, comme pour le premier workshop international d’avril 2017, seront rapidement accessibles en ligne sur le site du Mans Université (http://umotion.univ-lemans.fr/histoire/les-reseaux-cisterciens-au-moyen-age/) ainsi que sur celui de l’IPRA (http://ipra.eu/centre-ressources/fr/collections/show/38).

Les ateliers organisés en partenariat avec les Archives Départementales de la Sarthe et le réseau des médiathèques de la ville du Mans, sur ces sites, le vendredi 8 juin ont permis aux médiévistes et aux non médiévistes de mieux comprendre, à travers l’exploration des fonds bibliographiques et archivistiques cisterciens du Moyen Âge conservés au Mans, les difficultés pratiques que posent aux études de réseau les différents types de sources et les corpus documentaires des autres participants.

L’avenir immédiat du programme a été naturellement discuté et plusieurs prolongements possibles, non exclusifs, ont été évoqués. La perspective de la publication d’un ouvrage collectif rendant compte de ces expérimentations méthodologiques semble se rapprocher. Il est également envisageable d’ouvrir en parallèle un carnet de recherche en ligne, où un nombre plus important de graphes expérimentaux, ainsi que les bases de données qui les sous-tendent, pourraient être offerts à un très large public. La recherche pourrait également continuer de se développer et de s’élargir à d’autres espaces, grâce notamment à un dépôt de projet européen.

             Ghislain Baury – TEMOS (CNRS FRE 2015), Le Mans Université

            Vincent Corriol – TEMOS (CNRS FRE 2015), Le Mans Université

            Laurent Nabias – CHISCO (EA 1587), Université de Paris Nanterre

Exposition « LOS EN CROISSANT. Ordres et chevaliers en Anjou »

Le Centre des monuments nationaux (CMN) présente l’exposition « LOS EN CROISSANT. Ordres et chevaliers en Anjou » au Domaine national du Château d’Angers. Une facette méconnue de l’Histoire, autour de l’émergence et du développement des ordres de chevaliers à la fin du Moyen Âge, à découvrir du 15 juin au 30 septembre 2018.

Cette exposition est le fruit d’un partenariat scientifique entre le Centre des monuments nationaux – Domaine national du Château d’Angers, le  Département de Maine-et-Loire, la Ville d’Angers (bibliothèque municipale, musées), l’Université d’Angers et le Musée de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie de Paris.

Deux enseignant·e·s et une doctorante en histoire médiévale du laboratoire TEMOS ont activement participé aux recherches, à leur synthèse en vue de la rédaction des textes des panneaux: Isabelle Mathieu, Jean-Michel Matz, et Justine Moreno. Grâce à eux, des documents d’archives du XVe siècle relatifs notamment à l’ordre du Croissant conservés aux Archives nationales ont été transcrits afin que les informations qu’ils contiennent soient accessibles au plus grand nombre.

Consulter le dossier de presse complet sur le site du Centre des Monuments Nationaux

Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle) – Élodie Chaudet

De nombreuses études tendent à démontrer que la pratique du pouvoir par les femmes n’est pas exceptionnelle. Les femmes sont amenées non seulement à côtoyer des personnages d’autorité mais également à exercer elles-mêmes diverses formes de pouvoir, qu’elles soient formelle et officielle, ou bien officieuse et dissimulée. Il s’agit dès lors de s’interroger sur les moyens d’accès de ces femmes au pouvoir mais également sur les pratiques qu’elles en ont.

La Bretagne des derniers siècles du Moyen Âge est un terrain d’observation qui n’a pas encore été traité dans le cadre de ce type d’étude. Il existe pourtant de nombreuses sources exploitables, à commencer par les nombreux actes présents dans le Trésor des Chartes des Ducs de Bretagne, conservé aux Archives Départementales de Loire-Atlantique. Les chroniques et les histoires de la Bretagne, qui se sont multipliées pour la période, permettent également de comprendre comment les femmes parvenaient au pouvoir et ce qu’elles en faisaient.

Situé dans le prolongement d’un mémoire de Master 2, ‘Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle)’ est un sujet construit à partir des conclusions qui en ont été tirées. La parenté était apparue comment un élément clé de l’accès des femmes au pouvoir : par la naissance, par le mariage, par la consanguinité, elles sont positionnées dans des situations d’autorité exercée sur des groupes d’individus plus ou moins restreints. Les femmes peuvent ainsi gouverner directement les masses, ou bien exercer une influence sur le détenteur officiel et public du gouvernement.

Continuer la lecture de « Femmes, pouvoirs et parenté dans la Bretagne ducale (XIVe-XVe siècle) – Élodie Chaudet »